La grande salle du Collège Saint Joseph (Elikya) a offert ses bons offices, samedi 20 mars 2021, au vernissage du roman « Insolite pérégrination » écrit par le Professeur Willy Mundiandambu Djunga et publié aux Éditions Mikanda à Kinshasa.

Ce roman est une fiction narrative sur le dialogue des cultures. A travers l’intitulé du livre, l’auteur a créé un univers où le personnage principal est une jeune fille du nom de Doncielle (un mot valise issu du syntagme nominal, don du ciel), orpheline de mère depuis l’âge de deux ans vivant avec son père dans une villa qu’il a construite à Masina avant sa retraite.

Dans la même optique, la jeune fille termine tête haute ses études secondaires et demande avec insistance à son père, Primipare de l’envoyer étudier aux USA pour échapper à un système d’enseignement où les formateurs sont réduits à leur plus simple expression.

« Je profite de cette fiction narrative sur le dialogue des cultures pour produire de nouveau afin de répondre aux aînés ayant balisé la voie dans cet univers. Il s’agit de Cheikh Hamidou Kane qui a condamné la colonisation comme une aventure ambiguë, Bernard Dadié qui a mis en relief le complexe d’infériorité du nègre dans les rues de Paris, Valentin Yves Mudimbe qui, dans l’odeur du père, considère que la colonisation se poursuit dans la peau du colonisé » a-t-il indiqué.

La particularité de ce livre se dégage par l’usité de nombreux symboles entre autres : Doncielle 1, Kibeka (une maladie), certains personnages sont des noms des avenues (Mpika et Luvemba, deux avenues de Bandal), Street (ami de papa Kibeka) signifie la rue. Cette fiction met en garde les effets dévastateurs de la rue dans l’éducation diffuse.

Après la recension de ce chef-d’œuvre, le Professeur Mathias Buabua Wa Kayembe, président en exercice de l’Union des Écrivains du Congo, a pris l’ascenseur pour porter aux fonds baptismaux le nouveau bébé littéraire de l’auteur Willy Mundiandambu devant les yeux regardants du représentant de l’éditeur Maître Pascal Tshimbalanga Muyembe, un collège de professeurs, passionnés de lettres et la forte représentativité des élèves du Collège Elikya. Le moment fabuleux de cette activité a été la lecture expressive des extraits du livre par quatre élèves, plus particulièrement on a noté la présence d’une jeune demoiselle ayant captivé l’attention de tous par sa lecture remarquable.

A titre de notice biographique, Willy Mundiandambu Djunga est né le 9 juillet 1954 à Dima dans l’actuelle province du Kwilu. Il a fait des études universitaires à l’Université de Lubumbashi, à la faculté de lettres latines avec agrégation.

Il est auteur de nombreux ouvrages que l’on épingle certains d’eux : « Femme, je t’écoute » (poésie) en 1995, « Écho du renouveau » (poésie) en 1996, « Mots d’espoir » en 1999, « Don du son » (poésie) en 2015 et tant d’autres.

L’auteur relève, à travers son ouvrage, le déficit constaté dans notre système d’enseignement qui est à la base de cette fuite des cerveaux et des mariages interculturels. En même temps la fiction frôle la question fondamentale relative à la planétarisation des peuples. Par ailleurs, ce roman tient lieu de le lire afin de décrypter l’essentiel du message que l’auteur transmet à son lectorat et il est disponible aux Éditions Mikanda en commande via son site internet.

Masand Mafuta