Bain poétique – Méchak Eliezer MBANI

Les aiguilles des montres dansent
À la morgue,
Le corps du jour est déjà sorti
La nuit descend de l’escalier ;

Elle n’est point muette
Le silence est synonyme de la nuit
La nuit cependant parle
Elle parle par la taie noire du ciel ;

Ses voix sont si silencieuses
Que l’ouïe vole sur les ailes du vent,
Les chants d’oiseaux, les klaxons,
Les pleurs, les sourires et les danses ;
Elle qui n’a point de corps ni de bouche
Emprunte aux voix humaines
Des voies infinies.

 

Catégorie :

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Bain poétique – Méchak Eliezer MBANI”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *